Le brandon des Pyrénées : une fête qui illumine toute une région

 
Ecrit par Didier Vors

Il peut être fixe comme un grand feu de bois ou mobile sous la forme de procession avec des torches,  le brandon est une fête populaire très répandue dans de nombreuses communes de France au XIXème siècle.
Le terme tire son nom de l’ancien français « brande » ou occitan « brandon » flamme avec le sens « de torche de paille enflammée » cette dernière définition ayant toujours cours aujourd’hui.

Au sens figuré le mot brandon a fâcheusement évolué pour devenir source de conflit dans les expressions telles que : « Jeter les brandons de la discorde » ou encore « cet écrit est un brandon de guerre civile »
Mais il peut bien heureusement, tout au contraire, être source de concorde, comme c’est le cas dans les Pyrénées centrales, où cette fête, liée au solstice d’été connue ailleurs comme les feux de la Saint Jean, transcende depuis longtemps les frontières nationales. Cette pratique festive se retrouve outre les Pyrénées françaises, dans le Val d’Aran (vallée occitane espagnole et oui ça existe !) En Andorre, et dans la partie  de l’Aragon limitrophe de la Catalogne.

Un projet «  tout feu tout flamme !

Partant du constat d’un patrimoine commun, l’idée a germé d’une candidature au titre du patrimoine immatériel de l’Unesco. Fruit d’un travail de longue haleine, qui a duré plus de ans et astucieusement porté par la Principauté d’Andorre, au  nom de tous les partenaires impliqués , la fête des Brandons vient tout juste de se voir délivrer le label tant convoité.

La distinction « patrimoine culturel immatériel de l’Unesco » sanctionne et valide entre autres : La transmission de générations en générations de traditions et de coutumes et le renforcement de la cohésion sociale d’une communauté.

En ce sens ,ce projet collectif, devenu une  réalité tangible, ne fait que matérialiser et renforcer les liens ancestraux basés sur les échanges entre voisins pyrénéens dépassant en cela la barrière des frontières, et lui donne, c’est le cas de le dire, un éclairage nouveau !Qu’ils se nomment « falles » en andorran (une variante du catalan) « Haros » (en aranais occitan) ou « brandons » et bien que révélant des pratiques festives sensiblement différentes, c’est bien un seul et même événement que l’on célèbre.

Pour Louis Ferré maire de Luchon  en Haute Garonne «  Ces sont nos Pyrénées qui se voient honorées par cette décision. C’est une belle reconnaissance de notre patrimoine commun et de notre histoire »
Afin de garantir la pérennité et le sérieux des projets et d’éviter toute candidature trop opportuniste, chaque  agrément est évalué tous les 6 ans par un jury d’experts de l’Unesco. Souhaitant que le projet ne se transforme pas en un vulgaire fétu  de paille et s’inscrive dans la durée ,  ses concepteurs  ont crée une structure de coordination transnationale, composée d’élus et d’associations de terrain impliqués dans la transmission du patrimoine.

Concrètement à Luchon le brandon se présente sous la  forme d’un tronc d’arbre de 11 mètres de hauteur enfoncé dans le sol. Après avoir été ramené de la forêt (  le bois est abondant ici…) il est travaillé, séché et fendu sur toute la longueur afin de favoriser son embrasement ,avant d’être exposé sur l’esplanade jouxtant les thermes.  Ainsi habillé et garni de paille, la mise à feu spectaculaire réchauffe instantanément les lieux, et très vite les premières particules de bois tombent devant des centaines d’yeux ébahis, au son et au rythme des groupes folkloriques présents.

Au final, porteur d’heureux présages la seule question qui vaille est  de la ville ou de la station thermale de quel côté l’arbre tombera  il ?

Pour aller plus loin :

http://www.luchon.com/


Articles précédents:

Le Salento : Une Italie qui nous « botte » (Ecrit par Didier Vors)

Greeters : vivre le tourisme autrement (Ecrit par Victoire Guérin)

Le Jour des Morts : Le syncrétisme de deux cultures (Ecrit par Diana Garcia - Texte traduit par Alice Ginet Duchenaud)

Exposition Universelle de Milan : le tour du monde en 48h (Laurène Gianuzzi)

Route Napoléon : Quand le tourisme rencontre l’histoire (Didier Vors)

Festival international de géographie de Saint Dié : Le gai savoir (Didier Vors)

Slow tourism : l’éloge de la lenteur (Solène Terrisse)

Entre Meuse et Rhin (Mathieu Stassart)

Tourisme mémoriel : voir pour comprendre (Solène Terisse)

Couch surfing : quelques clics pour un clic clac (Alice Allerat)


Accueil - Aller en haut de page