Une chevauchée de trois semaines à vélo, même menée à un train d’enfer, constitue pour Babel Balades, le chantre de l’itinérance douce, une fantastique promotion de la bicyclette.

Depuis l’année 1903, ce long périple à vélo, rythme inlassablement notre été, bien qu’il ne fasse plus depuis quelque temps déjà le tour intégral de notre beau pays.

Il reste le rendez-vous sportif annuel le plus prisé de l’hexagone. Tout coureur cycliste digne de ce nom rêve d’inscrire un jour son nom au palmarès de la plus prestigieuse des courses ou à connaitre la gloire éphémère mais ô combien intense d’une victoire d’étape.

Ils sont cette année 176 à s’aligner au départ, répartis en 22 équipes. Aux dires des spécialistes, l’absence notable de Chris Froome, vainqueur à quatre reprises ces dernières années (excepté 2018), rend l’épreuve plus ouverte. Le tour n’est jamais aussi passionnant que quand il ressemble à un feuilleton de trois semaines avec ses rebondissements quotidiens lors d’étapes, pareilles à des épisodes à suspens.

1919 / 2019 : Tout un siècle en jaune

De plus, cette nouvelle édition revêt un caractère particulier puisqu’elle marque le centième anniversaire de la création du maillot jaune, porté traditionnellement par le coureur classé 1er au général.

Les organisateurs du Tour de France ont saisi cette opportunité pour rendre hommage, en sa présence, au plus célèbre d’entre-deux le belge Eddy Merckx lors de la première étape à Bruxelles.

Vainqueur à cinq reprises et de la plus belle des manières de « la grande boucle », il demeure une véritable légende vivante dans un pays complètement acquis au cyclisme.

Celui que l’impayable écrivain et grand amateur de vélo, Antoine Blondin, surnommait « le dandy de grand chemin » a fortement contribué à construire la légende du tour.

Depuis longtemps déjà l’événement a dépassé le cadre purement sportif pour devenir une manifestation populaire et médiatique de premier plan. Il symbolise un peu à sa manière la France rurale et devient une inégalable vitrine pour les régions traversées et villes étapes du Tour.

Objet d’une littérature foisonnante, il reste un sujet éditorial inépuisable. 
Dernier en date : « Maillots jaunes » de Claude Broussent (éditions Gründ)

Les Opticiens KRYS au cœur de l’action !

C’est embarqué à bord d’un des véhicules de la flotte des « Opticiens Krys », partenaire officiel du Tour de France depuis 2014, que notre envoyé spécial a pu suivre les nouveaux exploits des « forçats de la route » en ce vendredi 18 juillet. Un bonheur partagé aussi par deux enfants opérés du cœur grâce à l’engagement de la « Fondation Mécénat Chirurgie cardiaque » des mêmes Opticiens Kyrs.

Pour notre reporter tout ne fut que surprises et émerveillement :
La vision de tous ces villages décorés jalonnant le parcours et ces villes étapes en fête.
Ce peuple tout de jaune vêtu, des enfants des centres de loisirs aux résidents des foyers de personnes âgées.
Ce kaléidoscope de drapeaux, comme si tous les pays du monde s’étaient donnés rendez-vous sur le bord des routes. La grande disponibilité et l’humilité des coureurs, se livrant avec bonhomie aux longues séances d’autographes à l’arrivée de l’étape.

Quant à cette 12ème étape longue de 209 kilomètres, elle conduisait – dans une ambiance de folie – les coureurs de Toulouse à Bagnères-de-Bigorre.

Pour Alaphilippe solide leader depuis le début de la course (il n’a quitté la tunique jaune que deux petites journées), le rêve continue. La fibre patriotique, à chacun de ses passages, n’en finit plus de vibrer à l’unisson de ses exploits répétés.

Au vu de l’engouement permanent suscité par le passage de la caravane du Tour, qui précède ce peloton de coureurs aux tuniques bariolés, gageons que cette passion française n’est pas près de s’éteindre. C’est comme cela depuis longtemps maintenant, la magie du tour opère toujours.


Pour aller plus loin :

Lire : « Maillots jaunes » de Claude Broussent (éditions Gründ)
Site officiel du Tour : https://www.letour.fr/fr/
Actualités du Tour : www.ledicodutour.com