Pour rejoindre Krk (prononcer keurk) depuis le nord de l’île de Cres, il n’y a qu’un pas, ou plutôt qu’un bras de mer. Une demi-heure à peine suffit pour rejoindre le petit port de Valbiska, point de départ de notre périple.

Krk, le territoire insulaire le plus étendu de toute l’Adriatique, est aussi l’une des destinations les plus prisées de Croatie. Cela s’explique en grande partie par sa proximité avec le pont long de 1500 mètres qui la relie au continent.


Krk : là où tout a commencé

Krk n’est pas seulement grande par sa taille, mais aussi par la place qu’elle occupe dans l’imaginaire croate. Elle incarne un pan important de l’histoire nationale en raison des découvertes essentielles dont elle a été le cadre.

C’est en effet dans le village de Jurandvor que fut percée à jour la plaque en pierre dite de « Blaska » Il  s’agit d’un texte de treize lignes écrit en glagolitique (l’ancienne langue croate) qui date de l’an 1100. Elle fut utilisée par Saint Cyrille et Saint Méthode pour traduire les textes liturgiques grecs vers l’ancienne langue slave. Elle restera en usage dans la plupart des pays de langue slave jusqu’à la fin du XIIème siècle et même jusqu’au XVème siècle en Croatie. Chaque pays choisissant ensuite l’alphabet latin ou cyrillique. Il s’agit là d’une découverte majeure attestant de manière définitive de l’ancienneté de la langue croate. Cette écriture glagolitique connait même une forme de renaissance surtout depuis l’avènement de la nouvelle Croatie, suite à son indépendance, puisqu’elle est enseignée dans les cours de littérature.

 

Pont de Krk
Pont de Krk
Eglise de Jurandvor
Eglise de Jurandvor
Stèle dite de
Stèle dite de "blaska"

 

Quant aux amateurs de monde souterrain, ils ne manqueront pas de visiter la grotte de Biserjuka. Longue de 110 mètres, la température oscille entre 10 et 13 degrés (il conviendra donc de prévoir une petite laine pour la visite). Parfaitement aménagée, elle permet d’admirer à loisir les stalagmites, stalagtiques et autres colonnes de calcite. Les bio-spéléologues apprendront avec ravissement que la grotte abrite l’ « alpioniscus cristiani », un crustacé troglobie (c’est-à-dire ne pouvant pas survivre ailleurs que dans le milieu souterrain) unique au monde.

De la grotte à la cave il n’y a qu’un pas. Krk, offre la possibilité de découvrir les vins croates (en tous cas l’un d’entre eux !). Certes, ce vignoble reste encore aux yeux des spécialistes assez confidentiel, mais promis à un bel avenir, même si la production est moins importante et moins diversifiée qu’en Istrie voisine. Le cépage utilisé s’appelle Zlatina et son nectar le plus connu le « Vrbnicka Zlahtina », un vin blanc de bonne tenue. Une fête se tient chaque année le dernier week-end du mois d’août à Vrbnik, l’occasion pour les viticulteurs de faire goûter leur production.

 

Village de Vrbnik
Village de Vrbnik
Vignobles de Vrbnik
Vignobles de Vrbnik
Plage de Vrbnik
Plage de Vrbnik

 

De village en village

Le village de Vrbnik aux ruelles pentues, ancien centre de l’écriture glagolitique, trône au sommet d’une ruelle escarpée. Bien sûr, comme dans tous les lieux insulaires, la mer n’est jamais très loin… Paisible, loin de toute agitation, il mérite bien une visite.

Autre village remarquable : Omisijn, le premier village que l’on rencontre en venant du continent en passant le pont, a su préserver son caractère médiéval. Nombre de maisons conservent leur aspect rural avec l’escalier extérieur de forme demi circulaire et leur balcon au-dessus de l’entrée. Ici les traditions restent fortes comme en témoigne le petit Musée d’ethnographie. A Omasijln, la saison estivale est ponctuée de rendez-vous culturels. Parmi les nombreux événements, signalons plus particulièrement les concerts de « Kapla », une tradition de chant très répandue dans toute la Croatie. Généralement la Kapla se compose d’un chœur d’hommes accompagné par des musiciens. Puisant ses racines dans les chants d’église du littoral, il chante l’amour, le bon vin, la patrie et la mer. Cette pratique vocale est inscrite depuis 2012, sur la liste du Patrimoine immatériel de l’humanité.

Non loin de là, à Mirine, on trouve les vestiges d’une basilique paléo chrétienne du Vème siècle : Fulfinum. Pour la petite histoire se sont des étudiants en archéologie de l’université de Franche Comté qui mènent les fouilles. Visiblement le lieu n’a pas encore livré tous ses secrets.

 

Omasijln
Omasijln
Plage de Omasijln
Plage de Omasijln
Mirine Fulfinum
Mirine Fulfinum



Pour terminer cette visite de Krk complètement subjective (comme toutes les visites !), arrêtons- nous dans sa capitale éponyme, fief des comtes de Francopani, déjà évoqués à propos de Rijeka. A leur actif, la construction de fortifications érigées dans le but de protéger la vieille ville des assauts de la mer. Une grande partie d’entre-elles subsiste encore de nos jours. Outre le Château des Contes de Francopani, qui offre un cadre à des concerts estivaux, deux autres éléments remarquables se détachent de cet ensemble. Tout d’abord, la Cathédrale de l’Assomption et son clocher à bulbe, élément architectural plutôt rare dans la région. Ensuite la Place Vela (Vela Placa) et sa tour de garde la Straza. Chose assez renversante, elle est dotée d’une horloge du XVème siècle qui marque 24 heures, midi étant positionné au sommet et minuit en bas.

Château des des Contes de Frankopani, Krk
Château des des Contes de Frankopani, Krk
Tour de garde de la Place Vela, Krk
Tour de garde de la Place Vela, Krk

 

Pour aller plus loin :
http://www.kvarner.hr/en/tourism
https://croatia.hr/fr-FR